Réaliser une broderie : Archives

 

 

Dessiner des motifs à broder : quelques conseils

 

dessin2.jpg

Matériel :
- papier carbone spécial "loisirs créatifs", par exemple, celui-ci).

Pour que les traits soient bien marqués, il faut se mettre contre sur une surface dure (on peut protéger la table avec un carton) et bien appuyer sur le crayon. Je trouve que la pointe d'un stylo à bille marche beaucoup mieux qu'un crayon à papier. Les tracés s'effacent au lavage.
- papier de soie
- crayon à papier, gomme, règle graduée, centimètre
- stylos à bille, si possible de plusieurs couleurs.

Les motifs.
Sélectionner, reproduire ou créer un exemplaire de chaque motif à broder.

Le "patron"
Le plus souvent l'objet à broder (nappe, napperon, chemin de table, etc...) a deux axes de symétrie (comme sur l'image ci-dessus) : la feuille de papier de soie représente le quart de la zone à broder.
Sur cette feuille, décalquer les motifs sélectionnés, en les plaçant exactement là où ils devront être sur le tissu.
Pour obtenir deux motifs symétriques, il faut dessiner l'un sur l'endroit et l'autre sur l'envers du papier de soie.

Le transfert
Plier le tissu selon les axes de symétrie et repasser les plis : ils vont servir de repères pour placer le patron.
Déplier le tissu et le poser sur une table, sans molleton.
Le 1er quart BAC
Epingler le patron (3 ou 4 épingles suffisent) sur le tissu, en plaçant deux bords du patron le long des plis (les traits AB et AC sur l'image ci-dessus).
Glisser une feuille de papier carbone entre le tissu et le papier de soie.
Avec la pointe du stylo à bille, passer sur tous les traits des motifs.
Avant d'enlever les épingles, vérifier sur le tissu qu'aucun trait n'a été oublié.

2ème quart BAC1
Retourner le papier de soie autour de AB pour obtenir une image en miroir (C vient en C1) .
3ème quart C1AB1
Retourner le papier de soie autour de AC1 pour obtenir une image en miroir (B vient en B1) .
4ème quart B1AC
Retourner le papier de soie autour de AB1 pour obtenir une image en miroir (C1 vient en C) .
Alterner les couleurs de stylo à bille pour mieux voir là où on est passé.

Lire la suite »

Quelques conseils pour la peinture à l'aiguille

 

peinture00.jpg

1/ fournitures

Le tissu : il faut une toile assez fine de bonne qualité et opaque. Par exemple une toile de lin 18fils/cm. Prévoir un morceau plus grand que le motif pour pouvoir fixer le tambour.
Coton à broder : mouliné spécial (DMC ou une autre marque).
Choisir des dégradés de couleur très progressifs. Il en faut entre 3 et 5 pour un joli effet. On utilise un seul brin.Il faut donc peu de fil de chaque nuance.
Aiguilles : aiguilles à broder pointues et fines.
Utiliser un enfile-aiguille si nécessaire (cela dépend de votre vue !).
Tambour : indispensable.
Il faut un très bon éclairage, venant du côté de la main qui ne tient pas l'aiguille (donc de la gauche pour une droitière). L'idéal est la lumière du jour, mais pas en plein soleil. A défaut, une lampe-loupe à LED.

2/ préparation.

Repasser soigneusement la toile pour supprimer tous les faux-plis et surfiler les bords.
Reporter sur la toile le dessin des motifs à broder.
Tracer des lignes indiquant l'orientation des points.

peinture01.jpg
3/ réalisation
Placer la toile sur le tambour.
Broder les contours avec un fil de nuance moyenne au «point fendu » (c'est un point qui se situe entre le point de tige et le point de piqûre. J'y reviendrai).
Broder ensuite l'intérieur du motif au point passé, en suivant l'orientation des lignes dessinées.
Commencer par le bord extérieur le plus large du motif. Les points doivent se toucher.
Enchainer les rangs suivants, en faisant évoluer les nuances de fil à chaque rang :
- piquer dans le fil du rang précédent, toujours du dessous vers le dessus.
- en général, on fait des points légèrement inégaux de 1cm environ (plus ou moins 1mm ).

Le motif de fleur ci-dessus provient du livre cité ici.

Tambours à broderie

 

deux-tambours.jpg

Pour le point de croix et pour la "peinture à l'aiguille" (passé plat et passé empiétant), le tambour est indispensable.

On en trouve de deux sortes :
- le tambour traditionnel, en bois (à gauche sur la photo ci-dessus). Il est composé de deux anneaux qui s'emboitent l'un dans l'autre, le plus grand étant réglable grâce à une vis de serrage.

tambour-bois.jpg

On place le tissu sur l'anneau le plus petit, endroit vers soi, et on pose dessus l'autre anneau. On tend le tissu tout en resserrant la vis pour bien le maintenir.

- le tambour moderne, en plastique et en métal.
L'anneau extérieur en plastique de couleur a une gorge dans laquelle vient se placer l'anneau.

tambour-plastique.jpg

On place le tissu sur l'anneau en plastique (le rose), envers vers soi et on pose l'anneau métallique par-dessus, en resserrant les deux languettes. Quand il est bien positionné, on relâche les languettes : l'anneau métallique vient se placer dans la gorge de l'anneau en plastique. Le tissu est parfaitement tendu.

Que choisir ? Si le tambour en bois est plus traditionnel et plus écologique, l'autre est beaucoup plus facile d'utilisation et maintient mieux le tissu tendu.
De plus, étant moins épais, on peut le glisser sous le pied de biche pour broder à la machine (il faut alors que l'endroit de la broderie soit du côté de l'anneau métallique).
Quant aux coûts, ils ne sont pas très différents (de l'ordre de 5 €).

Derniers commentaires